Infrastructure

Qu’est-ce que l’infrastructure éducative?

L’infrastructure éducative comprend des espaces appropriés pour apprendre. C’est l’un des éléments les plus fondamentaux nécessaires pour assurer l’accès à l’éducation. Les salles de classe sont le lieu d’apprentissage structuré le plus courant avec des groupes d’enfants. Bien que l’apprentissage se déroule également dans différents types d’espaces – tentes, abris temporaires, bâches en plastique, ombrage des arbres, lieux de culte, maisons des gens, etc. — les familles et les communautés s’attendent à ce que l’éducation formelle se déroule dans des salles de classe conçues pour la sécurité et le confort.

Certains des attributs d’une infrastructure adéquate sont:

  • Espace suffisant par enfant, généralement guidé par les normes fixées par le ministère de l’Éducation d’un pays
  • Espace suffisant pour 30 à 40 enfants par classe, pour permettre une utilisation efficace des enseignants
  • Méthodes de construction garantissant la sécurité des enfants à l’école, adaptées aux aléas naturels de la région
  • Installations sanitaires séparées adéquates pour les garçons et les filles et pour le personnel
  • De plus en plus, l’électricité et la connectivité Internet.

Comment une infrastructure inadéquate agit-elle comme un obstacle à l’inscription et à la participation?

Les installations peuvent être inadéquates à bien des égards, notamment parce qu’elles sont surpeuplées ou dangereuses, qu’elles ne disposent pas d’installations sanitaires adéquates et qu’elles manquent d’eau pour assurer l’hygiène. Les conséquences sanitaires d’un manque de toilettes et d’assainissement sont très graves. Les filles en particulier sont expulsées de l’école si les installations sont insuffisantes. Les filles plus âgées d’âge primaire vont manquer des quantités importantes d’école ou il est peu probable qu’elles continuent à l’école après le début de leurs règles si les installations sanitaires sont mauvaises ou inexistantes. De plus, les enfants peuvent être renvoyés de l’école lorsque leur capacité d’inscription officielle est atteinte.

Dans quelle mesure les problèmes d’infrastructure sont-ils omniprésents?

L’insuffisance de l’espace d’apprentissage et des installations associées est un facteur omniprésent pour les enfants non scolarisés dans les zones rurales et urbaines densément peuplées, en particulier là où la migration interne est élevée, dans les zones rurales reculées et pour les filles qui ont commencé à avoir leurs règles.

Les pays les plus pauvres du monde ont besoin de près de quatre millions de nouvelles salles de classe d’ici à 2015, principalement dans les zones rurales et marginalisées, pour accueillir ceux qui ne sont pas scolarisés. Plus de salles de classe atténueront le surpeuplement, réduiront la taille des classes et réduiront les longues distances de déplacement. Les salles de classe délabrées doivent également être rénovées ou mises à niveau pour atteindre des normes minimales acceptables en matière d’apprentissage.

Les enfants des zones rurales marchent parfois de 2 à 3 heures pour aller à l’école car il n’y a pas de bâtiments scolaires à proximité de l’endroit où ils vivent (Explorez des zones géographiques difficiles pour en savoir plus).

Exemples de partenaires de la CAE s’attaquant à la pénurie d’infrastructures

Les partenaires de la CAE s’attaquent au manque d’infrastructures adéquates de diverses manières:

  • Réhabiliter les écoles en mauvais état
  • Élargir l’espace d’apprentissage dans les écoles surpeuplées
  • Améliorer les installations sanitaires, en particulier pour les filles

Plus de la moitié des partenaires de la CAE s’attaquent à la barrière des infrastructures de différentes manières adaptées au contexte local. Voici un exemple pour chacune des stratégies ci-dessus.

Réhabilitation d’écoles en mauvais état. Le système Gonoshahajjo Sangstha (GSS) au Bangladesh est en train de réparer et de relancer 575 écoles inutilisées pour fournir un enseignement primaire à plus de 100 000 enfants non scolarisés.

Élargir l’espace d’apprentissage dans les écoles surpeuplées. L’UNICEF et le Tchad réduiront la taille des classes dans les salles de classe surpeuplées en construisant des salles de classe supplémentaires dans les écoles existantes.

Amélioration des installations sanitaires en particulier pour les filles. L’UNICEF Soudan cible 240 000 enfants non scolarisés et l’un des objectifs est l’inscription des filles. Les filles de 6 à 9 ans sont encouragées à aller à l’école, tandis que celles de plus de 9 ans bénéficient d’un programme de rattrapage et sont ensuite encouragées à rejoindre le cycle primaire au niveau approprié. Pour s’assurer que l’un des obstacles auxquels sont confrontées les filles est résolu, l’UNICEF remet en état les installations d’approvisionnement en eau, d’assainissement et d’hygiène des écoles ciblées.

Lectures complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.