Comment cultiver le Pétoncle Yesso

Identité

Patinopecten yessoensis Jay, 1857

Noms FAO: En-Pétoncle Yesso, Fr-Pétoncle du Japon, Es-Vieira japonesa

Caractéristiques biologiques

Grandes (10-22 cm de long), presque circulaires; ombones au centre, entre deux oreilles presque égales. Extérieur de la valve droite blanchâtre, avec 20 larges nervures aplaties. Extérieur de la valve gauche brun violacé avec 20 nervures radiales grossières. Valve intérieure blanchâtre, sillonnée, avec une seule cicatrice musculaire adductrice. Saison de frai de mars à mai

Profil

Contexte historique

Cette espèce de pétoncle boréal à faible valeur commerciale de l’Asie du Pacifique a soutenu d’importantes pêches jusqu’aux années 1930; puis les stocks ont diminué principalement en raison de la surexploitation. La production de la pêche de capture semble avoir atteint son apogée au milieu des années 1930, lorsque 80 000 tonnes (avec coque) ont été débarquées au Japon. À peu près au même moment, la population russe de pétoncles Yesso le long de la côte de Primorye était estimée à environ 40 millions, habitant une superficie d’environ 16 000 ha. Les captures régionales ont considérablement diminué par la suite, tombant à 6 000 tonnes au Japon en 1968. Le développement de la culture hors fond, soutenu par la capture de semences sauvages après 1945, a entraîné une augmentation soutenue de la production, qui s’est poursuivie jusqu’en l’an 2000. Depuis lors, la production annuelle s’est stabilisée à 1,1-1,2 million de tonnes. La Chine et le Japon sont les principaux producteurs, représentant ensemble plus de 1,1 million de tonnes en 2003.

Principaux pays producteurs

Cette espèce a également été introduite du Japon en France et au Canada

Principaux pays producteurs de Patinopecten yessoensis (Statistiques de la pêche de la FAO, 2006)

Habitat et biologie

Les pétoncles Yesso se rencontrent dans des baies abritées et peu profondes et dans des criques adjacentes à des rivages rocheux, jusqu’à une profondeur de 30 à 40 m dans des zones de mer plus ouvertes. Ils sont les plus abondants dans la plage bathymétrique de 4 à 10 m et se trouvent principalement à des salinités de 32 à 34% sur des substrats sableux et sableux / vaseux fermes entrecoupés de roches. La température de croissance optimale est de 4 à 8 ° C et la plage de tolérance est de -2 ° C à 26 ° C. La distribution côtière est limitée par la profondeur de la glace en hiver. Contrairement à de nombreuses espèces de pétoncles, les sexes sont séparés avec des hermaphrodites rarement observés. Les pétoncles Yesso sont des hermaphrodites protandres qui mûrissent d’abord en mâles et changent de sexe en femelles à mesure qu’ils vieillissent. Le frai a lieu au printemps lorsque la température de l’eau augmente et atteint 7 à 12 ° C. Les mâles dominent dans les classes des jeunes années et les femelles dans les classes des plus âgées. Les femelles de 12 à 15 cm de hauteur de coquille produisent 8 à 18 millions d’œufs. Le frai commence en mars et culmine en avril à 7-12 °C au Japon et un mois plus tard plus au nord. Les larves, qui sont planctoniques et mesurent initialement une longueur de coquille d’environ 110 µm, se nourrissent de phytoplancton et se développent sur une période de 30 à 40 jours à 250-280 µm, taille à laquelle elles sont complètement développées et prêtes à se déposer et à se métamorphoser. La durée du stade larvaire dépend de la température, après quoi les larves se déposent sur l’épifaune et la flore filamenteuses, se fixent au moyen de fils de byssus et se métamorphosent. Après une croissance sur une période de 3 à 4 mois, lorsque les juvéniles (naissains) mesurent > 10 mm de hauteur de coquille, ils se détachent et se dispersent sur un substrat inférieur approprié. La durée de vie est de 10 à 12 ans, lorsque les pétoncles auront atteint ~ 20 cm et pèseront 1 kg. L’espèce se prête à la culture en écloserie, mais les naissains sont presque exclusivement collectés dans la nature pour une culture commerciale.

Production

Cycle de production
Cycle de production de Patinopecten yessoensis

Systèmes de production

La production mondiale du pétoncle de Yesso est presque entièrement imputable à la collecte de graines sauvages et à la croissance du naissain en culture suspendue ou au sol. Des méthodes de culture hors fond ont été développées au Japon et se sont répandues dans les autres pays d’Asie du Pacifique Nord où la culture est pratiquée. Une technologie similaire basée sur l’expérience japonaise est utilisée dans le monde entier pour un large éventail d’espèces de pétoncles de valeur commerciale.
Approvisionnement en graines
Les pétoncles frayent au printemps à 7-12 ° C. La densité de tassement dépend de la concentration des larves dans la colonne d’eau; ceci est étroitement surveillé pour prédire à la fois le moment et l’intensité du tassement. Les collecteurs de naissain sont suspendus dans la colonne d’eau lorsque les programmes de surveillance déterminent que > 50% des larves dépassent 200 µm de longueur. Deux types de collecteur de naissain sont utilisés:

  • Sacs à oignons emballés en monofilaments en plastique attachés 10 à une corde de 5 m de longueur.
  • Plaques coniques en plastique perforé qui sont enfilées ensemble par lots, généralement de 25, à l’aide d’une corde pour former une ficelle de 2,5 m de longueur, qui est ensuite recouverte d’une maille fine.

L’utilisation des deux types de collecteurs est similaire. Les larves se déposent sur le maillage contenu dans les sacs 30 à 40 jours après le frai. Les larves de la taille de la colonie peuvent traverser la maille extérieure de l’un ou l’autre type de collecteur et se fixer sur le monofilament ou les plaques coniques, se métamorphoser et croître. Les grands prédateurs ne peuvent pas accéder au naissain en croissance, ni s’échapper du naissain en croissance. Les collecteurs des deux types sont enfilés à partir de palangres submergées, bouées et horizontales, et pendent de 5 à 10 m sous la surface de l’eau à 5 m au-dessus du substrat. Les unités de collecte sont généralement maintenues en place jusqu’à ce que les naissains soient prêts à se détacher, c’est-à-dire lorsqu’ils dépassent une hauteur de coquille de 8 à 10 mm. La température optimale pour le développement larvaire est de 15 + 2 °C et la salinité optimale de 30 + 2‰. À des densités de 20 à 30 larves/m3, 100 à 400 graines peuvent être récoltées par collecteur. La récolte des naissains augmente à 500-1500 par unité de sac collecteur lorsque la densité larvaire se situe entre 50 et 100/m3. Exceptionnellement, le rendement peut être supérieur.
Pépinière
Les naissains sont récoltés dans les collecteurs environ 3 mois après le tassement lorsqu’ils mesurent environ 10 mm de hauteur de coquille. Ils sont ensuite transférés en culture intermédiaire (pépinière) dans des filets à perles; cela se produit à l’automne. On prend soin d’éliminer les prédateurs, qui peuvent s’être installés sous forme de larves à l’intérieur des unités, ainsi que les organismes qui se disputeront la nourriture et l’espace (par exemple, les moules). Chaque filet de perles a une surface inférieure de 0.12 m2 et peut être stocké avec jusqu’à 50-60 graines de 10 mm. Les filets à perles sont enfilés ensemble pour former des unités verticales de « cage » de longueur variable, en fonction de la profondeur de l’eau. Il peut y avoir de 5 à 30 filets par unité, et les unités sont suspendues à des palangres immergées placées à 5-10 m sous la surface de l’eau. Après 10 semaines, la graine aura atteint une hauteur de coquille de 20 à 30 mm et occupera environ 60% du volume du filet. Un taux de survie de 90 % est courant pendant cette période. À cette époque, en octobre, la densité est réduite à 15-20 pétoncles par filet. La culture intermédiaire se poursuit ensuite pendant l’hiver jusqu’au printemps suivant, date à laquelle les pétoncles ont atteint ~ 50 mm. Ils sont ensuite prêts à être transférés au stade de croissance.
Techniques de culture
La croissance à la taille du marché se fait soit en semant des graines vieilles d’un an sur des couches de fond, soit sous diverses formes de culture suspendue. La culture du pétoncle est principalement une activité coopérative dans les pays asiatiques et peut faire partie d’un système de polyculture.
Culture en suspension
Ceci utilise les mêmes méthodes de base que la culture en pépinière. Cependant, les filets lanternes à plusieurs niveaux suspendus à 5 m sous la surface de l’eau sont fréquemment utilisés à des profondeurs d’eau de 10 à 15 m. Les filets à perles sont préférés dans les eaux plus profondes car ils sont moins enclins à se balancer dans des mouvements pendulaires dans des conditions de mer intense, ce qui peut entraîner une mortalité parmi les pétoncles contenus. La densité du stock diminue à mesure que les pétoncles grandissent. Les pétoncles d’un an de 20-30 mm sont stockés à raison de 15-20 par filet de perles et le nombre est encore réduit à 5-7 par filet un an plus tard lorsque les pétoncles ont une hauteur de coquille de 50-70 mm. Les pétoncles de taille commercialisable (100 mm) sont disponibles pour la récolte de l’année 2-3 (plus tôt dans des conditions plus favorables d’approvisionnement alimentaire et de température). Les pétoncles sont souvent accrochés par paires à des lignes horizontales en eau peu profonde ou à des lignes verticales dans des conditions plus profondes lorsqu’ils approchent de 10 cm de taille. Dans cette méthode, un trou est percé dans l’oreille de la coque et une boucle de fil de nylon est passée à travers le trou et attachée à des lignes verticales ou horizontales dans les zones de location d’eau peu profonde.
Culture de fond
Lorsque la quantité de graines est excédentaire par rapport aux exigences de la culture en suspension, l’excédent de la culture en pépinière à une hauteur de coquille de 20-30 mm est semé sur des couches de fond en eau peu profonde à 10-20 / m2. Cependant, les couches de fond sont généralement semées avec des graines d’environ 50 mm en mars à des densités de 5-6 / m2. Les pétoncles semés de fond mettent un an de plus pour atteindre la taille du marché que ceux cultivés en suspension.
Techniques de récolte
Les pétoncles sont récoltés à une hauteur de coquille d’environ 100 mm après 2-3 ans de culture. La récolte de la culture de fond se fait par plongeur ou par dragage. La récolte de cultures suspendues utilise des engins de différents types, souvent équipés de treuils mécaniques. Le moment de la récolte est sensible à la présence de toxines de mollusques paralytiques nuisibles (PSP, DSP, etc.) dans les eaux; cela nécessite une surveillance attentive.
Manipulation et traitement
Les pétoncles n’ont pas la capacité de retenir l’eau de la cavité du manteau et, par conséquent, ils se dessèchent rapidement et meurent lorsqu’ils sont hors de l’eau. Des précautions doivent être prises pour éviter une exposition excessive à l’air et au soleil. Les méthodes de manutention doivent donc garantir que les pétoncles sont retirés des unités de culture et transportés rapidement vers les usines de conditionnement / transformation. Les traitements autres que le lavage et l’écaillage sont généralement minimes. Les pétoncles entiers sont transportés réfrigérés vers les marchés locaux et les viandes décortiquées sont congelées ou en conserve.
Coûts de production
Les informations sur les coûts de production sont difficiles à obtenir, non seulement parce que les informations sont exclusives, mais aussi en raison de facteurs propres au site, de la diversité des méthodes utilisées et des niveaux de technologie très variables utilisés. La valeur débarquée des pétoncles est de 6 à 7 USD/kg au Japon (2004). Il n’y a pas de coûts d’alimentation; c’est une ressource gratuite tout au long du cycle de culture. La main-d’œuvre est un coût récurrent important et la culture du pétoncle exige beaucoup de main-d’œuvre. La culture est généralement assurée par des coopératives de pêche.

Maladies et mesures de contrôle

Aucune maladie spécifique du pétoncle Yesso n’est signalée dans les différentes bases de données telles que les AAPQIS. Aucun élément impliqué dans des décès inhabituels n’a non plus été signalé dans la littérature. Comme la plupart des bivalves, les coquilles sont souvent percées par les polychètes, Polydora sp. et Dodecaceria concharum, l’éponge parasite, Cliona sp., et la Myxosporidienne, la Myxosporidie. Le parasite sporozoaire, Perkinsus sp. est endémique dans la plupart des populations.

Statistiques

Statistiques de production

Seuls quatre pays déclarent actuellement leur production à la FAO. Presque toute la production provient de Chine et du Japon. La République de Corée et la Fédération de Russie sont des producteurs mineurs. La production au Maroc a également été enregistrée entre 1997 et 2000, mais pas depuis lors. En outre, il existe également une petite production (30 tonnes en 2000) de la côte pacifique du Canada, soutenue par des semences cultivées en écloserie qui ne sont pas incluses dans les données de la FAO. Depuis 2000, la valeur totale de la production mondiale annuelle a dépassé 1,5 milliard de dollars.

Marché et commerce

La production de pétoncle Yesso est principalement absorbée par les marchés locaux des pays où elle est cultivée. La courte durée de conservation des pétoncles vivants impose que les produits vivants réfrigérés ne soient disponibles qu’à proximité des sites de culture. Sinon, le marché est pour les viandes surgelées. Des quantités de quelques milliers de tonnes sont exportées, principalement sous forme de viandes congelées. Les États-Unis et la France sont les principaux importateurs de ces produits.

Situation et tendances

La production au Japon a connu une augmentation constante depuis 1970 jusqu’à atteindre 200 000 tonnes en 1992, un niveau qui a été dépassé par la suite avec des fluctuations annuelles. La production maximale a été de près de 272 000 tonnes en 2002. Les possibilités d’augmentations futures sont limitées par la disponibilité de zones de location appropriées et par le souci de la durabilité, où la capacité de charge des zones utilisées est un problème. La saturation du marché peut également être un facteur dans la tendance à l’aplatissement de la production au cours des 10 dernières années.
La production chinoise a connu une augmentation spectaculaire, passant d’environ 147 000 tonnes en 1990 à 916 000 tonnes en 1995 et à plus de 1 million de tonnes en 1997. La production de 1998 à 2003 a montré une grande variabilité (de 629 000 à 960 000 tonnes), qui peut être liée à la disponibilité des semences.
Il existe un potentiel de développement en République de Corée et en Fédération de Russie.

Principaux problèmes

La disponibilité d’un approvisionnement fiable en semences provenant de la nature en quantité suffisante est toujours une préoccupation lorsque l’industrie dépend de cette source. Bien que la culture en écloserie puisse dans une certaine mesure compléter l’offre de semences provenant de la nature, la production à l’échelle requise pour répondre aux besoins de l’industrie en provenance des écloseries est plus difficile sur le plan technique qu’avec les huîtres ou les palourdes. Le risque de déséquilibre environnemental, qui existe déjà dans certaines zones de production importante, est également préoccupant. Les méthodes de production semi-intensives occupent de très grandes surfaces où des conditions environnementales appropriées existent et sont en concurrence pour l’approvisionnement alimentaire disponible avec d’autres animaux qui se nourrissent de filtres et également pour l’oxygène. L’élevage de pétoncles peut éliminer l’excès de nutriments d’un bassin versant et ainsi aider à prévenir le développement de l’eutrophisation. Cependant, cela peut entraîner un déséquilibre écologique en soi, comme cela a été observé dans des zones telles que les baies de Jioazhou et de Sungo dans le nord de la Chine, où la culture intensive de mollusques a tellement appauvri les niveaux de nutriments essentiels que la production primaire en a été affectée.

Pratiques aquacoles responsables

Un certain nombre de questions importantes ont été identifiées ci-dessus et sont traitées dans le développement de pratiques plus responsables et durables dans la production de cette espèce. Celles-ci sont tout à fait conformes au Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable et comprennent la limitation des zones de location dans les baies et les estuaires pour maintenir la capacité de charge des eaux, ainsi que d’autres aspects de la sensibilisation à l’environnement et à la santé des poissons et des mécanismes pour minimiser les impacts.

Juin 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.