Armée saxonne

Chemin hiérarchique: Guerre de Sept Ans (Page principale) > > Armées > > Armée saxonne

Introduction à l’armée saxonne de 1756

 Le nouveau livre de Marco Pagan sur l'armée saxonne

Le premier volume sur l’histoire de l’armée saxonne entre 1733 et 1763 a publié le Dr Marco Pagan et Franco Saudelli, deux contributeurs bien connus du « Projet SYW ». Ce volume couvre la participation de cette armée à la Guerre de Succession de Pologne (1733-35), à la Guerre austro-turque (1735-39) et à la Première (1740-42) et à la Deuxième Guerre de Silésie (1744-45). Il se concentre ensuite sur le rôle de la cavalerie saxonne pendant la guerre de Sept Ans (1756-63) et présente les unités de cavalerie. Les annexes énumèrent l’état-major et l’armée saxonnes à divers moments. Ce volume comprend 8 pages d’illustrations en couleurs du très talentueux Franco Saudelli et quelques planches et cartes uniformes en noir et blanc.

Le livre est disponible auprès de la société Helion &.

 Le nouveau livre de Marco Pagan sur l'armée saxonne

Le deuxième volume sur l’histoire de l’armée saxonne entre 1733 et 1763, publié par le Dr Marco Pagan, couvre les uniformes et le service de l’infanterie, des bandes militaires, du génie, des mineurs, des pontonniers et de l’artillerie. Ce volume comprend des illustrations en couleurs du très talentueux Franco Saudelli.

Le livre est disponible auprès de la société Helion &.

À la fin de la Grande Guerre du Nord, le long combat contre la Suède était terminé. Auguste II, électeur de Saxe et roi de Pologne, entreprit une réforme de ses forces armées. Une première réorganisation de l’armée a été effectuée en juin 20 1717:

  • outre la Garde des Chevaliers et la Garde du Corps, qui étaient sous le commandement direct de l’Électeur, il supervisait désormais directement la Hausartillerie, l’Artillerie de campagne et le Corps du Génie;
  • la cavalerie avait des régiments de cuirassiers (cavalerie lourde), 5 régiments de dragons et un régiment de hussards (en 1730, deux escadrons du régiment de dragons Sachsen Gotha furent transformés en grenadiers à cheval).;
  • l’infanterie se composait de deux régiments d’infanterie de la garde et de huit régiments d’infanterie de ligne;
  • le bataillon d’artillerie était divisé en Haus et Feld (artillerie de campagne):
    • la Hausartillerie disposait de 30 mortiers lourds et des canons lourds des forteresses;
    • la Feldartillerie de Saxe et de Pologne était équipée de 3, 6 et 12 canons à livres.

En 1694, la première armée saxonne permanente comptait 15 000 hommes (dont 80% d’étrangers). Sous le règne de Friedrich August I, ce pourcentage a été réduit à 28%. En 1730, seulement 11% des hommes n’étaient pas nés en Saxe. La force totale de l’armée était alors de 30 000 hommes.

L’application du Règlement d’Infanterie de 1722 et du Règlement de Cavalerie de 1728 était placée sous le contrôle direct de l’Électeur. La mise en service dans le Corps des officiers et les sous-officiers a été améliorée.

En 1727 fut levé l’InvalidenKorps (deux bataillons, chacun de quatre compagnies de 166 hommes, 32 sous-officiers et un état-major de 21 hommes). Le premier bataillon a reçu les hommes à moitié invalides, le deuxième bataillon les hommes à moitié invalides. Ils servaient de garnison dans des forteresses.

Une attention particulière a été consacrée à l’habillement et à l’armement des troupes. L’infanterie a reçu des silex avec une baguette de fer. Une force de 1 200 hommes était stationnée en Pologne. L’état-major général a été réformé. Quatre nouveaux régiments de cuirassiers sont levés entre 1730 et 1732. À l’été 1718 près de Dresde et en 1725 près de Pillnitz, de vastes manœuvres de toute l’armée ont été effectuées sous les yeux du monarque. Les troupes ont appris à se battre en trois rangs dans un ordre linéaire. L’artillerie de campagne saxonne passe de trois à quatre batteries. Le train d’artillerie a été levé. Le camp d’été de l’année 1728 a été éclipsé par l’événement militaire du Défilé de Zeithain. Le coût financier du paiement, du rééquipement et du réarmement de l’armée saxonne était stupéfiant. Plusieurs mesures ont été prises pour réduire le taux élevé de désertion qui, entre 1717 et 1728, avait épuisé 9 333 hommes, soit environ un tiers de l’effectif de l’armée. Le problème a été réduit mais, jamais résolu. Un déserteur est devenu tristement célèbre, son nom était Karl Stulpner. Il déserte plusieurs fois pendant 40 ans de service et après une grâce, il passe 10 ans dans l’infanterie Prinz Maximilian stationnée à Chemnitz avant de disparaître dans les forêts de Bohême.

En 1731, la Compagnie Adelige Kadetten comptait 155 hommes.

Après la Seconde Guerre de Silésie (1744-1745), l’armée saxonne avait subi de sévères réductions. À l’été 1756, l’armée de Saxe comptait 12 régiments d’infanterie en 25 bataillons, 8 régiments de cavalerie en 32 escadrons, 5 compagnies d’artillerie, 8 compagnies de troupes de garnison et les petits cadres du 4 Kreis-Regimenter (milice provinciale) pour un total d’environ 21 200 hommes. De plus, 4 régiments de cavalerie (Karabiniersgarde et 3 régiments de Chevauxlegers) avec quelque 2 300 hommes et 2 Pulks (bandes) de Tartar Hoffahnen (bannières de cour) avec quelque 876 hommes étaient stationnés en Pologne en 1756, évitant ainsi le mauvais sort de leurs frères d’armes lorsque toute l’armée se rendit à Pirna le 15 octobre.

État-major

État-Major et Adjudants (Generalstab und Adjudantur)

Au déclenchement de la guerre de Sept Ans, le maréchal Rutowski prend le commandement général de l’Armée saxonne.

royal Household and special formations

corps des cadets nobles (corps des Cadets-gentilhommes)
garde des chevaliers (pensionaries and officers employed as royal messengers)
garde suisse (Swiss Lifeguards)

Infantry

Organisation
generalities about the uniforms

leibgrenadiergarde
garde à pied
bataillon de grenadiers kurprinzess (Princess Elector)
reine (Queen)
Prince Friedrich August
Prince Maximilian
Prince Xaver
Prince Clemens
Graf Brühl
Prince lubomirsky
Rochow Fusiliers
Minckwitz
Prinz Gotha

Les grenadiers de l’armée ont convergé en 7 bataillons dont Kurprinzessin. La brigade des bataillons de grenadiers de 1756 en temps de guerre pour la campagne de Pirna était:

1er Bennigsen (2 coys Garde & 2 coys Graf Brühl)
2e Kavannagh (2 coys Prinz Friedrich August & 2 coys Lubormirsky)
3e Pforte (2 coys Prinz Xaver & 2 coys Gotha)
4e Götze (2 coys Prinz Maximilian & 2 coys Minckwitz)
5e Milkau (2 coys Königin & 2 coys Rochow)
6e Pfundheller (2 coys Prinz Clemenz & 2 coys ‘grenadiers de la Leibgrenadiergarde)
7e Kurprinzessin (5 coys Kurprinzessin)

Cavalerie Gardes

Chaque régiment était composé de 4 escadrons organisés comme les cuirassiers. La Garde du Corps avait un plus grand établissement avec environ 649 hommes.

Garde du Corps
Karabiniergarde

Cuirassiers

Organisation
Généralités sur les uniformes

Leibregiment
Königlicher Prinz (Prince Royal)
Arnim
Fürst von Anhalt-Dessau
Vitzthum
Plötz

Dragons légers et Chevauxlegers

Dragons saxons et chevau-légers en 1756. – Source : Richard Knötel Uniformkunde

Selon l’État de 1753, chaque régiment comptait 4 escadrons. Rutowsky était organisé comme un régiment de cuirassiers. Les régiments de Chevauxlegers étaient plus grands et comptaient environ 762 hommes. Le soldat de l’une de ces unités s’appelait « dragoon ». La seule différence entre Rutowsky et les autres unités était leurs différentes montures. Rutowsky devrait être considéré comme étant monté avec les races allemandes les plus coûteuses, alors que les autres avaient les chevaux polonais les moins chers, principalement des sorrels dans des tons plus clairs.

Graf Rutowsky (Dragons légers)
Prinz Karl, 1758 Herzog von Kurland
Prinz Albrecht
Graf Brühl

Uhlanen ou Tartares

Les Uhlanen ont été entretenus par le Commonwealth polonais et engagés dans le service saxon. Ils participent à toutes les campagnes à partir de 1757. D’abord avec les armées autrichiennes, puis avec la Reichsarmee en Saxe. Après la mort du roi August III, ils sont retournés en Pologne. En mars 1757, deux Poulies sont conservées sur le budget des provisions de Varsovie. Chaque Pulk avait 6 Hoffahnen (« bannières de cour », équivalent à peu près à un escadron), 1 bannière comptant 75 hommes. Ils ont été spécialement recrutés en Lituanie et dans les Tartares. Il semble que leur rôle tactique était d’effectuer des éclairages et des escarmouches en soutien aux Chevaulegers saxons.

Graf Renard
Graf Rudnicki

Jägerkorps

L’armée saxonne comprenait également un petit corps de Jägers principalement montés.

Saxon Feldjägerkorps

artillerie

Equipment

  • 54 x 6-pdr (quick-firing pieces)
  • 27 x 12-pdr guns
  • 12 x 24-pdr guns
  • 4 x 24-pdr howitzers

Units

Haus-Kompagnie (1 company at the Dresde Arsenal and fortress personnel)
Bataillon d’artillerie (4 Coys)
corps d’ingénieurs
mineurs (9 Men)
Pontonniers (28 men)
artisans (workers) (21 men)
parti Cheval (Horse-draught Party – 223 men and 627 horses)

invalides or garrison troops

8 compagnies se déploient comme suit en septembre 1756 : Wittenberg (3 compagnies pour un total de 354 hommes), Königstein (1 compagnie pour un total de 195 hommes), Sonnenstein (1 compagnie pour un total de 125 hommes), Stolpen (1 compagnie), Pleißenburg (1 compagnie pour un total de 115 hommes) et Waldheim (1 compagnie pour un total de 176 hommes).

N.B.: Les troupes de garnison portaient un uniforme rouge tandis que les invalides avaient un uniforme gris

Le 11 octobre 1756, l’armée saxonne du camp de Pirna comprenait également une unité appelée Freicompagnie Fürst Anhalt avec quelque 116 hommes. Il a été formé à partir des hommes de la garnison de Wittenberg.

Milice

Chaque Kreis-Regiment (officiellement Landmiliz) devait former 2 bataillons. Seuls de petits cadres étaient maintenus en temps de paix. Ces unités n’avaient pas été activées en 1756 et ne comptaient que 180 hommes en temps de paix.

1. Régiment de Kreis (Sternstein)
2. Régiment de Kreis (Kretzmann)
3. Kreis-Regiment (Schoenberg)
4. Régiment de Kreis (Brüchting)

N.B.: Les régiments de Kreis portaient un uniforme gris

Régiments saxons servant avec les Autrichiens et la Reichsarmee 1757-1763

Les régiments Karabieniersgarde, 3 régiments de Chevauxlergers et les Uhlanen furent pris à la solde autrichienne et rejoignirent l’armée en 1757, participant à toutes les campagnes jusqu’en 1763.

Le Corps Saxon servant dans les Armées françaises 1758-1762

En 1756-57, les Saxons sont ralliés en Autriche et plus tard en Hongrie parmi les hommes de l’ancienne armée saxonne qui désertent en masse du service prussien. En octobre 1757, les  » Reverenten  » rassemblaient quelque 7 331 hommes. Par un contrat de subsides daté du 11 mars 1758, l’armée saxonne est mise au service de la France. Pour éviter d’autres contacts avec les Prussiens, il est transféré dans le sud de l’Allemagne et assemblé à Strasbourg en juillet 1758, puis rejoint l’armée de Contades en Westphalie en septembre 1758. Faisant partie des divisions de Chevert et de Fitzjames qui renforcent l’armée de Soubise en Hesse, le contingent saxon participe pour la première fois à la bataille de Lutterberg (10 octobre 1758) où ses attaques déterminées décident du jour pour l’armée française.

Le contingent saxon avait un effectif total de 10 000 hommes. L’organisation a légèrement changé au cours de la guerre, mais sa force comptable est restée à 10 000 hommes. Les effectifs effectifs étaient souvent bien inférieurs en raison des difficultés persistantes de désertion et de recrutement, en particulier pendant les dernières campagnes de la guerre.

Au total, pendant la Guerre de Sept Ans, les subventions françaises versées au Contingent saxon se sont élevées à un total de 11,3 millions de livres, soit 5,1% de toutes les subventions versées par la France pendant cette guerre.

Infanterie

Organisation: Les 3 anciens régiments étaient établis sur un établissement de 8 régiments de mousquetaires et 1 régiment de grenadiers. Les nouveaux régiments avec 4 coys de mousquetaires. En outre, les régiments Garde, Prinz Maximilian et Prinz Joseph ont été ajoutés chacun 1 grenadier coy de l’ancienne Leibgrenadiergarde. Minckwitz et Rochow ont été ajoutés chacun 1 grenadier coy provenant de soldats non montés des régiments de cuirassiers saxons. Prinz Clemenz et Brühl chacun 1 coy de grenadiers des hommes du Gardedukorps démonté. Lubomirski et Gotha ont chacun 1 grenadier élevé d’anciens artilleurs. Les 2 derniers coys sont dissous en août 1758 et réformés en 2 coys artillery. L’effectif de la compagnie était d’environ 125 hommes.

En 1761, les 12 régiments étaient désormais également formés en 4 mousquetaires et 1 grenadiers. Les grenadiers se sont formés en 1 bataillon de Leibgrenadiergarde et 2 de Feld-Grenadiers-bataillons. Tous les régiments ne comptent plus que 1 bataillon plus 3 bataillons de grenadiers. Ainsi, la force totale est restée aux anciens bataillons 15.

Ancien régiment

  • Kurprinzessin (ex. Grenadier-Bataillon Kurprinzessin)
  • Prince Friedrich August
  • Prince Xaver

New regiment

  • Garde
  • Prince Maximilien
  • prince Joseph (ex. Reine)
  • Minckwitz, Prince Anton en 1759
  • Rochow
  • Prince Clemens
  • comte Brühl
  • Prince Lubomirsky
  • prince de Saxe-Gotha
  • 10 compagnies de grenadiers.

Cavalerie

Le contrat de subvention renouvelé avec la France en mars 1761 précisait qu’un nouveau régiment de cavalerie de 654 hommes devait être levé pour la campagne à venir. Ce régiment de cavalerie se composait de 4 escadrons ou de 8 coys et a été levé à partir des anciens Gardedukorps et cuirassiers non montés, servant jusqu’alors de grenadiers. Ce régiment aurait pu avoir le titre de Carabiniers. Aucun nom particulier n’est enregistré dans les sources. Son colonel-propriétaire était le major-général Caspar von Schlieben (ancien commandant du Graf Rutowsky Light Dragoons), qui fut tué quelques mois plus tard à la soi-disant 2e bataille de Lutterberg le 23 juillet 1762. En 1763, le régiment est dissous et les hommes sont transférés dans les Gardedukorps recréés ou servent de carabiniers avec les régiments de cuirassiers ressuscités. Il portait 2 étendards de soie bleue, portant les armes de la Pologne sur sa face avant, et celles de la Saxe au verso.

Frei-Husaren von Schill, levé en 1761

Artillerie

Le contingent a reçu 24 canons de bataillon de 4 pdr de fabrication française à la suédoise, parrainés par Mme la Dauphine. En 1761, le parc d’artillerie est porté à 30 canons.

Corps d’artillerie (2 coys à l’été 1758, 3 coys en 1761)

Livres:

  • Bredow, Claus, v; Wedel, Ernst v.: Historische Rang – und Stammliste des deutschen Heeres, Neudruck der Ausgabe 1905, Osnabrück 1972
  • Friedrich, Wolfgang: Die Uniformen der Kurfürstlich Sächsichen Armee 1683-1763, Dresde 1998
  • grand état-major, Division D’histoire de la guerre II (ÉDITEUR): Les guerres de Frédéric Le Grand. Troisième Partie: De La La Guerre De Sept Ans 1756-1763. Vol. 1 Pirna und Lobositz, Berlin 1901, pp. 152-156 and appendix: supplement 5, page 83-87
  • Kroll, Stefan: soldats au XVIIIe siècle entre la vie quotidienne de la paix et l’expérience de la guerre. Les mondes de la vie et la culture dans l’armée saxonne 1728-1796. Paderborn: Ferdinand Schöningh, 2006.
  • Müller, Reinhold: L’armée D’Auguste le fort: L’armée saxonne de 1730-1733, Berlin 1984
  • Salisch, M. von: loyaux déserteurs-L’armée saxonne et la guerre de sept ans, Munich, 2009
  • Schuster, O.; Francke, F. A.: Histoire de l’armée saxonne depuis sa création jusqu’à une époque récente, erste Theil, Leipzig 1885

manuels et documents de travail:

  • Schirmer, Friedrich: les armées des États belligérants 1756 – 1763. Edited and published by Klio-Landesgruppe Baden-Württemberg e. V., Magstadt, 1989.
  • Wagner, Siegbert: Les uniformes de l’armée des cours en 1745, Manuscrit, Hanovre 1979

documents contemporains, peintures, picture series and copper engraving series:

  • Uniformes Prussien et Saxonne, 1756/57 (Deutsches Historisches Museum, Berlin)
  • présentation précise de tous les ChurFürstl: Sächß. Régiments et Corps: où, à titre personnel: connaissance de l’uniforme de chaque régiment, un Officier et un homme commun sont représentés dans l’assemblage complet et toute la stature selon la vie. Nuremberg: Raspe, 1769 (Sächsische Landesbibliothek – Staats – und Universitätsbibliothek Dresden)
  • dernière illustration de tous les Coire-Fürth. Régiments saxons, 1778 (Sächsische Landesbibliothek – Staats – und Universitätsbibliothek Dresden)
  • Barth, Joh. A: Histoire pragmatique des troupes saxonnes, un livre de poche pour les soldats, Leipzig 1792
  • histoire et état actuel de l’armée saxonne. 2nd edition, Part IX, Dresde 1793.

plaques, imprimés:

  • Collection Gustave de Ridder (Bibliotheque Nationale de France)
    • Uniformes de l’armée saxonne de 1765
    • Uniformes de l’Electorat de Saxe
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe en 1730
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe de 1734 a 1738
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe en 1740
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe de 1741 a 1748
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe de 1750 a 1775
      • Uniformes de l’Electorat de Saxe en 1764
  • Knötel, Herbert d.J.; Brauer, Hans M.: Heer und Tradition, Heeres-Uniformbogen (so-called « Brauer-Bogen »), Berlin 1926 -1962
  • Knötel, Richard: Uniformkunde, feuilles en vrac sur L’histoire du développement du costume militaire, Rathenow 1890-1921

Articles:

  • Bauer, Frank: les troupes subsidiaires saxonnes pendant la guerre de sept ans dans les services français, in: Zeitschrift für Heereskunde, no. 374, Oct / Dec, vol. LVIII (1994), page 131-133
  • Friedrich, Wolfgang: sur L’uniformisation des musiciens militaires saxons 1733-1756, in: Zeitschrift für Heereskunde, no. 349, Mai / juin, vol. LIV (199O), page 81-86
  • Friedrich, Wolfgang: Kursächische grenadier-caps avant et pendant la guerre de sept ans, in: Zeitschrift für Heereskunde, no. 373, juillet / septembre, vol. LVIII (1994), page 100-103
  • Friedrich, Wolfgang: uniformes de cours à L’époque de la bataille de Kesseldorf, in: Zeitschrift für Heereskunde, vol. LXV (2001) no. 399, janvier / mars, page 8-14; no. 400, avril / juin, page 41-49; no. 401, juillet / septembre, page 92-100

Acknowledgement

Michael Zahn and Dr. Sascha Möbius pour avoir suggéré des livres supplémentaires à ajouter à la présente section

Harald Skala pour des informations supplémentaires sur les cuirassiers levés en 1761

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.