Action par temps chaud, flottant sur le ruisseau Schoharie

Capitaine Steve George avec une belle petite bouche Schoharie. (Photo gracieuseté de Steve George)

Alors que nos eaux plus grandes attirent l’attention en été, il y a un joyau niché juste au sud qui est riche en histoire et en poissons.

Le ruisseau Schoharie est négligé comme source de bon doré jaune et d’achigan à petite bouche. Dans le cours supérieur et dans certains de ses affluents, la truite est stockée et retenue tout au long de l’année. Le ruisseau Schoharie coule vers le nord à partir du mont Indian Head dans les Catskills et se jette dans la rivière Mohawk à Fort Hunter. De nombreux affluents alimentent le ruisseau qui serpente dans la vallée de la Schoharie.

L’histoire de la vallée de la Schoharie pendant la Guerre d’Indépendance est bien documentée localement et lorsque l’on pêche le ruisseau, il est facile d’imaginer une partie de l’histoire qui s’est déroulée le long de ses rives. Les colons et les Amérindiens ont tous deux appelé la vallée de la Schoharie et le ruisseau de la Schoharie. À mesure que les tensions augmentaient, il n’y avait pas beaucoup d’harmonie entre les gens le long de cette eau lente.

Le ruisseau Schoharie au-dessus du réservoir Schoharie est considéré comme une pêche en eau froide et il est approvisionné en truites arc-en-ciel et en truites brunes. De temps en temps, des omble de fontaine de certains tronçons supérieurs et des affluents y sont capturés. Sous le réservoir, il est considéré comme une pêche en eau chaude avec le doré jaune, l’achigan à petite bouche et la carpe comme espèces dominantes. La rivière est sujette à des inondations et à des fluctuations rapides de la vitesse de l’eau, de la température, des niveaux d’eau et de la clarté (si c’est même une chose dans la Schoharie), il est donc essentiel de surveiller les conditions météorologiques pour savoir à quoi s’attendre lors de la planification d’un voyage.

L’accès au ruisseau est assuré par de nombreux accès DEC et aires de stationnement. J’ai utilisé beaucoup de ces zones et il y a toujours un grand parking. Il y a une rampe d’accès aux deux voies navigables, mais la Schoharie est peu profonde et ne convient pas aux grands bateaux à moteur. Pour naviguer dans les nombreux riffles et piscines, des kayaks, des canoës et des tubes flottants sont recommandés. La mise à l’eau d’un kayak ou d’un canoë est facile à n’importe quel endroit. Le DEC dispose d’excellentes informations et d’une cartographie de l’emplacement pour accéder à la rivière (www.dec.ny.gov/docs/fish_marine_pdf/pfrschoharie.pdf).

La vue sur la route 88 et les rochers qui contenaient beaucoup de basses. Ci-dessous, Jeri Kiburtz avec une petite bouche Schoharie. (Photos avec l’aimable autorisation de Steve George)

Mon dernier voyage sur le ruisseau était depuis l’accès sous la route. 88. De là, de grandes piscines et de l’eau rapide peuvent être trouvées, il y a donc une variété d’eau pour pêcher.

Mon espèce « du jour » pour cette sortie était l’achigan à petite bouche. J’ai choisi une canne à mouche St. Croix de 4 poids avec une ligne de mouche à double cône de 4 poids. En tant que leader, j’ai utilisé environ huit pieds de ligne de fluorocarbone de 6 livres. Cette combinaison présente de petites mouches, des poppers de basse flottants et des banderoles très bien et la tige a suffisamment d’épine dorsale pour manipuler des poissons plus gros.

Depuis que j’ai grandi comme un gars de mouche sèche, j’ai commencé la journée en utilisant un petit bouton-poussoir en poils de cerf blanc et des rochers ciblés, des riffles en mouvement rapide et des bûches abattues en espérant qu’un achigan ou un doré se cacherait à proximité. Une fois que le bouton-poussoir a touché l’eau, j’ai utilisé de petites bandes et des contractions (de 6 à 8 pouces) pour imiter un insecte en difficulté et allumer la grève.

J’ai vite découvert que le ruisseau contenait beaucoup de poissons et une large gamme de classes d’âge. Bien que les jeunes poissons ne soient pas des combattants difficiles, il est encourageant de savoir qu’il y a un grand élevage et un recrutement de poissons.

Dans les bassins plus profonds, je suis passé des insectes flottants des eaux supérieures aux serpentins et aux motifs d’écrevisses. Toutes les mouches que j’ai utilisées produisaient du poisson, ce qui est encourageant et un grand constructeur de confiance.

Jeri Kiburtz avec une petite bouche Schoharie. (Photo avec l’aimable autorisation de Steve George)

Dans certaines des plus grandes piscines, j’ai dépouillé une banderole le long des rives et également près de plus gros rochers et d’autres structures. Flotter autour des plus grandes piscines et sous l’eau en mouvement rapide s’est avéré fructueux et les récompenses ont été immédiates. Des basses plus grosses se tenaient dans les poches plus profondes du ruisseau. Entre les rochers en courant rapide, j’ai sélectionné une langouste AWGS personnalisée #10 et elle a produit plusieurs poissons. Comme le soir est venu, la morsure a ramassé et la basse a pu être trouvée se nourrissant activement le long du rivage végétalisé.

Alors que le Schoharie ne produisait pas de « lunkers », l’action était chaude par une journée d’été paresseuse et ce fut un voyage de pêche très agréable. La Schoharie regorge d’animaux sauvages et le castor, le rat musqué, le vison, le renard roux, le cerf, le balbuzard pêcheur, l’aigle, les oiseaux noirs à ailes rouges, les oiseaux bleus de l’Est, le dindon sauvage, le cèdre et de nombreuses parulines ont tous été vus en 4 à 5 heures. Puisque la pêche ne consiste pas uniquement à attraper du poisson, l’expérience sur l’eau calme et lente remplie d’animaux sauvages en valait la peine. La Schoharie est un excellent choix pour ceux qui pêchent avec des enfants et un bateau n’est pas nécessaire car le rivage est rocheux et peut marcher.

Bon de voir les « jeunes jouer. »(Photo gracieuseté de Steve George) Jeri Kiburtz avec une petite bouche Schoharie. (Photo gracieuseté de Steve George) La vue sur la route 88 et les rochers qui contenaient beaucoup de basses. Ci-dessous, Jeri Kiburtz avec une petite bouche Schoharie. (Photos avec l’aimable autorisation de Steve George)
Capitaine Steve George avec une belle petite bouche Schoharie. (Photo gracieuseté de Steve George) APPAREIL PHOTO NUMÉRIQUE OLYMPUS

C’est bien de voir les « jeunes jouer. » (Photo gracieuseté de Steve George)

Les dernières nouvelles du jour et plus encore dans votre boîte de réception

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.