Épaisseur de la Membrane Schneidérienne et Implications cliniques pour l’Augmentation des Sinus: Une Revue systématique et des Analyses de Méta‐Régression

Contexte: L’épaisseur de la membrane Schneidérienne (SMT) a été considérée comme un facteur clé pour influencer la perforation de la membrane, ce qui peut compromettre le résultat clinique final de l’augmentation des sinus. Par conséquent, cette revue systématique vise à étudier la TMS moyenne et à étudier plus avant les facteurs liés au patient qui peuvent affecter la TMS. Comme objectif secondaire, l’association entre le SMT et le taux de perforation de la membrane a été étudiée.

Méthodes : Trois examinateurs indépendants de plusieurs bases de données, dont les bases de données MEDLINE, EMBASE, Cochrane Central Register of Controlled Trials et Cochrane Oral Health Group Trials Register, ont effectué des recherches documentaires électroniques et manuelles. Cette revue a été rédigée et menée conformément aux lignes directrices PRISMA (Preferred Reporting Items for Systematic Reviews and Meta‐Analyses) et MECIR (Methodological Expectations of Cochrane Intervention Reviews). Une évaluation quantitative a été réalisée pour les articles répondant aux critères d’inclusion afin d’étudier la TMS moyenne, ses facteurs contributifs et l’influence sur les dommages membranaires et les complications chirurgicales.

Résultats : Trente-et-une études faisant état d’une TMS maxillaire ont été prises en compte pour une analyse qualitative. Dix-neuf ont été méta‐analysées. La moyenne globale ± SE SMT était de 1.17 ± 0,1 mm (intervalle de confiance à 95 % = 0,89 à 1,44). Bien que la TMS moyenne pour le groupe radiographie tridimensionnelle (3DR) soit de 1,33 mm (IC à 95% = 1,06 à 1,60), pour le groupe histologie, elle est de 0,48 mm (IC à 95 % = 0,12 à 1,1). Le modèle à effets aléatoires a montré que, bien qu’il existe une tendance pour une SMT plus épaisse déterminée à l’aide du 3DR par rapport à l’analyse histologique, cette différence n’a pas atteint de signification statistique (P = 0,15). De plus, les analyses de régression ont démontré que les variables parodontite (P = 0,13) et tabagisme (P = 0,11) présentaient une TMS plus épaisse. Des données non concluantes ont été obtenues lors de la corrélation entre le SMT et le taux de perforation, bien qu’il semble que le SMT plus épais soit plus sujet à la perforation (P = 0,14).

Conclusions: La TMS est en moyenne de 1 mm chez les patients à la recherche d’une augmentation sinusale. Les technologies tridimensionnelles surestiment environ 2,5 fois le SMT par rapport à l’analyse histologique. La parodontite et le tabagisme peuvent entraîner un épaississement de la membrane sinusale. Cependant, les données actuelles n’étaient pas concluantes pour établir un lien entre la TMS et le taux de dommages à la membrane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.